• by Admin on 3 septembre 2011 in News<br />no comments
  • by Admin on 26 septembre 2011 in News<br />no comments
  • by Admin on 20 février 2010 in News<br />no comments
Bienvenue sur Ckneanah.com le site des réponses simples.
Vous trouverez ici beaucoup de questions sur la vie et le monde qui nous entoure.
" ... ne jamais cesser de réfléchir ! "
10
Mar

Comment les plantes respirent ?

[singlepic id=6 w=320 h=240 float=right]

Les plantes respirent, de jour comme de nuit. Elles consomment donc de l’oxygène et rejettent du gaz carbonique.

De jour, la respiration est masquée par le processus de photosynthèse qui est le phénomène dominant.

De nuit, faute de lumière, la photosynthèse s’interrompt : la plante respire seulement, donc elle absorbe l’oxygène de l’air et continue à rejeter le gaz carbonique. En respirant en période d’obscurité, des réactions chimiques ont lieu libérant le gaz carbonique rejeté par la plante, et de l’énergie utilisée à divers processus d’entretien et de croissance.
L’élongation cellulaire est liée aux auxines (sortes d’hormones de croissance végétales) qui, en partie détruites à la lumière, bénéficient de son absence (les plantes se courbent vers la lumière, le côté éclairé de la tige ayant moins d’auxines, est plus court). La nuit, l’amidon produit dans les chloroplastes est hydrolysé et utilisé ou stocké pour diverses utilisations…
« De jour, les plantes consomment du CO2, la nuit, elles l’expulsent. »
Pour qu’une plante vive :
– la photosynthèse doit excéder la respiration, c’est-à-dire que le gain de gaz carbonique doit excéder les pertes,
- la respiration entretient l’ensemble et en permet la croissance.
La photosynthèse est, pour les plantes, une activité à haut rendement avec des inconvénients compensés par une nuit réparatrice vouée à l’entretien et au développement du système grâce à la respiration nocturne. Les deux phénomènes ne font pas intervenir les mêmes compartiments cellulaires ni les mêmes enzymes.

http://www.univers-nature.com

26
Fév

Les Eclairs

[singlepic id=4 w=320 h=240 mode=watermark float=right]

Dans le cumulonimbus les cristaux de glaces et les gouttelettes d’eau sont bousculés par l’air vertical très intense. Ces éléments se heurtent et entraînent une séparation des charges. Les particules plus petites qui sont de charges positives, remontent vers le sommet du nuage alors que les noyaux plus lourds et de charges négatives descendent. Le sol est alors chargé négativement par les gouttelettes d’eau et billes de glaces. Le nuage est peu à peu chargé d’énergie. Quand l’accumulation d’énergie devient trop important et surtout lorsqu’il y a opposition directe entre ces charges, une décharge électrique, l’éclair, se produit.

Cette décharge principale du nuage vers le sol ou un autre nuage crée un chenal ionisé (sous l’effet des charges électriques, la masse d’air devient légèrement conductrice) invisible appelé traceur par bonds ou amorce échelonnée. Elle se ramifie avant de toucher la terre ou l’autre nuage au bout de 1/100 de seconde en se déplaçant à environ 200 km/s.

Puis par des bonds successifs, l’éclair pilote, sorte de noyau rempli d’électrons, va vers le sol ou l’autre nuage de charges positives en parcourant la plus forte intensité de charge. A la fin des derniers décamètres du parcours, une décharge partant d’un point du sol ou du nuage (autre noyau similaire) de charges positives va à sa rencontre. Quand la liaison entre les deux noyaux a lieu, il se produit la décharge principale (visible), un courant allant du sol ou de la source positive vers le nuage de charges négatives.

 

Cette charge positive se propage extrêmement vite. La chaleur dégagée, 30.000°C soit 5 fois la température du Soleil et pouvant atteindre 100 millions de volts, excite les molécules de l’air qui émettent de la lumière en libérant cette énergie en surplus. Il peut y avoir plusieurs décharges de retour dans un éclair, en moyenne 3 ou 4, avec 40 et 80 millisecondes entre chaque décharge.

Les éclairs peuvent faire de 100 m à au moins 20 km dans le cas de l’éclair sinueux pour une épaisseur de seulement 3 cm environ. Ils peuvent se propager à une vitesse de 40.000 km/s.

25
Fév

Pourquoi il pleut ?

[singlepic id=3 w=320 h=240 mode=watermark float=right]
Sous l’effet de la chaleur du soleil, l’eau de la mer s’évapore petit à petit en perdant son sel, et forme les nuages.
Ceux-ci se déplacent poussés par les vents vers les terres. ( Nous verrons prochainement comment se forment les vents )

Lorsque de gros nuages passent au dessus de nos têtes, il arrive que l’eau qui les constitue s’agrippent sur de petites poussières et se condense. Chaque goutte, plus lourde que l’air, tombe sur nos têtes sous forme de pluie. Quand le nuage est bloqué par une montagne, l’eau condensée se déverse à gros bouillons sur les pentes de la montagne.

Mais cela ne s’arrête pas là. L’eau ruisselle et s’enfonce dans la terre, formant ainsi des nappes souterraines. Très longtemps après, cette eau rejoint les rivières qui elles, se jettent dans la mer. La boucle est bouclée.

21
Fév

Ampoules électriques

[singlepic id=2 w=320 h=240 mode=web20 float=right]

Il existe en fait deux catégories d’ampoules : les ampoules néons, ou les ampoules à incandescence (halogènes comprises). Nous parlerons ici des ampoules à incandescence.

Une ampoule, c’est simplement un filament métallique, dans une ampoule en verre. Dans cette ampoule, il y a en général un gaz qui ne risque pas de s’enflammer, et cela peut être un gaz halogène, d’où le nom de certaines ampoules.

Lorsque du courant passe dans l’ampoule, en fait, il traverse le filament, très mince. Ce filament n’est pas le meilleur conducteur de l’électricité qui soit, on dit qu’il présente une certaine résistance au passage du courant électrique. Or si il présente une résistance, il va forcément s’échauffer. C’est ce qu’on appelle l’effet Joule. Le courant électrique, ce sont des électrons. Et dans un matériau qui résiste, les électrons se cognent plus souvent aux atomes, et les font vibrer. Et des atomes qui s’agitent plus, ce sont des atomes plus chaud. Donc le courant électrique chauffe les matériaux résistants.

Mais là, le filament est petit, et il s’échauffe beaucoup, et vite. Il atteint plusieurs milliers de degrés. Et lorsqu’un objet est chaud, il émet de la lumière. C’est ce qu’on appelle le rayonnement thermique. C’est aussi pour cela que les bougies produisent de la lumière, mais là, l’élévation de température est dûe au fait que la cire brûle.

C’est ainsi que fonctionnent les ampoules électriques.

http://www.e-scio.net

Search:
Categories
Sponsor du Site
© Copyright 2010-2020 Ckneanah. All rights reserved. Design by MBF Style and Created by Dream-Theme — WP. by MBF Home.